La première des ateliers éco-conseil en image

La première de My Happy Style

à l’espace coworking Mutinerie

Elle est drôle la vie, n’est-ce pas ? Il y a  les rêves d’enfances, puis la vie d’adulte qui nous embarque dans un train à grande vitesse, laissant les rêves de certains sur le quai à attendre qu’un jour peut-être ils les retrouvent… Les événements de la vie m’ont prouvés plus d’une fois, qu’il suffit d’une rencontre, d’un rêve, d’osez rêver pour voir son univers changer du tout au tout, en un instant, et ce pour le meilleur. Ainsi pour commencer ce blog, j’avais envie de vous raconter comment l’idée de créer un atelier d’éco-conseil en image a émergé…

my happy style sarah angèle

Les deux pieds dans la mode

 

Nous sommes en 2008, je suis étudiante à l’université Paris 8 Saint-Denis/Vincennes.  J’étudie les Arts plastiques avec une seule idée en tête, je dois trouver un métier. À l’époque, j’aime dessiner, j’aime peindre, faire de la photo, de la gravure etc. J’aime créer. Je poursuis donc mes études tout faisant ce que j’aime tout en me laissant le temps de réfléchir à un métier.  Au cours de cette période, l’ensemble de mes projets font se côtoyer l’art et la mode. Au fond, je n’ai qu’un rêve celui de rentrer dans une école de mode pour apprendre les métiers du marketing. En fin de troisième année de mon programme de licence, l’idée se concrétise je communique donc à plusieurs écoles mon envie d’intégrer le cursus qu’elles proposent, mais déjà l’envie d’entreprendre me titille…

Un rêve se concrétise

cropped-favicon-180x180px-Logo-facebook-etoile.jpg

Les années Mod’Art sont celles où je voyage et j’explore le secteur de la mode de Paris à New-York, du créateur Balenciaga à la grande distribution chez E.Leclerc. Entre les stages, les échanges scolaires, les personnalités connus, plus rien ne s’arrête. J’en prends plein les yeux, c’est extra. En plus de mes jobs étudiantes (vendeuses, habilleuses sur les défilés…), je m’investie au côté d’un photographe en tant que styliste photo. Là, nous travaillons l’image des comédiennes dont il réalise les book photos. Je pense que l’envie de travailler le style des femmes à commencé ici…

my happy style la première

 

Oser entreprendre

 

Après quelques années d’expériences dans la mode, l’illusion s’efface. Au cœur des entreprises de luxe les rapports humains au travail sont fossés par une compétitivité interminable entre collaborateur. Les places sont chers. Dans la grande distribution, les problématiques sociales, sanitaires et environnementales s’accumulent. La mode, la mode, la mode mais à quel prix ? Je quitte ma dernière expérience dans la grande distribution plein de ressentiments. Il est peut-être temps de me prendre en main. Et si je tentais l’expérience d’entreprendre ?

 

 

Faire sens

« Les fantômes de l’enfance » de Boltanski

 

Entreprendre oui, mais avec quelles valeurs  ? Je suis donc catapulté à l’Agence du développement à l’initiative économique. L’A.D.I.E m’a permit de créer mon premier business plan en 6 semaines. Le plus drôle c’est qu’en les contactant, ils m’annoncent que deux ans plus tôt j’avais déjà cherché à les rencontrer. Je ne me rappelais plus de cet épisode.

Suite à cette formation, je suis mise en contact avec projet pour l’emploi. Lors de cette formation j’ai rencontré des personnalités extraordinaires. L’une d’entre-elle me propose de participer au Stand’UP, un programme de formation à l’économie sociale et solidaire organisé par une association de la Courneuve en partenariat avec HEC. Je tente l’aventure. Durant ce séminaire, je rencontre Makesense, Coopaname, Le Mouves et tout un tas d’initiative dont je n’avais jamais entendu parler.

De fil en aiguille, j’ai ainsi rencontré Olivier Marciset de l’association Projet pour l’emploi. Cette association permet aux femmes des quartiers de développer une compétence acquise en un business de l’économie sociale et solidaire. J’espère ne pas vous perdre avec tous ces termes. À l’issue de ce séminaire qui se nomme le Stand’Up Hec, je fais mon premier pas au sein d’HEC car je bénéficie d’un accès pour passer le jury pour intégrer l’incubateur social d’HEC. Je passe le jury et je suis prise. J’étais tellement heureuse car j’ai pu lors de ces quelques mois de suivi rencontre deux Startup supra intéressante : SINGA & VIDEAUX. Ce fût une façon intelligente de donner leurs chances à des non-HEC de suivre un programme, d’avoir un bureau à disposition, un tuteur et un accompagnement complet. Le suivi ce fait tant bien que mal, puisqu’en réalité je fais partie d’une phase d’expérimentation. d’une aide constante sur énormément de projet. Elle a toujours été  et je ne savais pas bien ce que je pourrait m’apporter de cotoyer cette jeune femme qui Fatoumata et pourtant je lui dois d’avoir rapidement compris

 

( suivez-bien ah ah car il y en a des acteurs à retenir). Lors de cette formatio chez E.Leclerc j’ai eu l’occasion de

Le premier atelier est né

 

J’y suis, il y a quelque mois j’ai eu la possibilité de rencontrer l’association Projet pour l’emploi. 

Nous étions nombreux ce samedi 8 mars à l’espace de co-working Mutinerie afin d’évoluer au rythme de la consommation solidaire. « The Evolution Day » organisé par Anouk Piazza la fondatrice du webzine Homo Alternatus fût un grand succès.

C’est au côté d’acteur de la consommation alternative telle que Disco soupe- Slow cosmétique et Huile&Sens, que le tout premier atelier de (re)looking Vintage en partenariat avec Emmaüs Alternatives et Cotton&Wild s’est déroulé. À partir de 15h j’accueillais toutes les 30 minutes des groupes de 4 à 6 personnes autour d’un atelier participatif de conseil en image. Comment porter des couleurs, des imprimés, des formes et des matières rétro ? Chaque participant fût convié à sélectionner un look qui lui plaisait parmi les vêtements prêtés par Emmaüs Alternatives et Cotton&Wild. Ensuite, nous nous sommes échangés des conseils mutuels pour repenser les tenues choisis. Une fois le look retravaillé chaque participante posait pour une photo souvenir. Plus qu’un atelier de (re)looking, ce fût une initiation à la consommation solidaire et un moyen d’outre passer les préjugés autour du vêtement d’occasion.

Merci aux participantes pour leurs jolies sourires.

 

my-happy-style-chloe

 

my-happy-style-mine-edhec

my-happy-style-delphine


my-happy-style-djump

my-happy-style-judith-grumbach my-happy-style-rafaella2 my-happy-style-participante

Je m’aperçois que c’est déjà la fin quand je surprends ce jeune homme (Fabien) enlevé la signalétique de l’atelier.  Je suis triste car ce fût une toute nouvelle aventure et pleine de surprises. Le premier atelier de relooking vintage avec Emmaüs Alternatives et Cotton & Wild est déjà finit, mais il nous promet plein de nouvelles aventures pour la suite. 😉 À très vite.

my-happy-style-mutinerie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *